PACES : étudier dans une antenne délocalisée

Depuis quelques années, certaines facultés de médecine mettent en place des antennes délocalisées de PACES dans des villes universitaires de taille plus réduite. Comment fonctionnent-elles ? Qu’en pensent les étudiants qui en ont fait l'expérience ?
"J’ai choisi d’étudier à l’antenne du Havre plutôt qu’à l’université de Rouen parce que c’était beaucoup plus accessible pour moi, géographiquement et financièrement. Gauthier redouble sa PACES (première année commune aux études de santé) au Havre, sur un campus rattaché à l'université. Là, il estime être traité au même rang que les étudiants rouennais.
L'idée est de garantir à tous la même offre de formation. Les cours magistraux, par exemple, sont retransmis en vidéo. Un système le plus souvent mis en place sur les gros campus, puisque la taille de la promotion dépasse souvent les capacités d’un seul amphithéâtre. "Il y a eu très peu de problèmes techniques", témoigne Noah qui a fait sa PACES au Havre. "Si cela arrive, le prof est prévenu par téléphone et pour des raisons d’équité, il suspend le cours le temps que ce soit réglé par le technicien."