Parcoursup (Ex APB) : un dossier digiSCHOOL pédagogique

Découvrez notre dossier spécial sur ParcourSup, comment fonctionne ce nouveau système et le calendrier complet de ParcourSup. 

digiSchool vous invite au Salon 24h de l'Orientation Spécial Parcoursup le 3 février à Paris ! 





Une hiérarchie implicite avec Parcoursup

Parcoursup laisse en effet toujours le choix aux élèves, mais d’une autre manière. Pourquoi ? Parce que tous les futurs étudiants auront le dernier mot quant à leur formation. Ainsi, Julie a fait cinq vœux, elle est acceptée dans deux formations : c’est elle qui décide de celle qui l’intéresse le plus. Dès lors, il n’y a plus de hiérarchie à proprement parler : il n’y a plus à classer les vœux. Mais c’est toujours l’élève qui prend la décision finale. Bien sûr, en fonction de là où il est accepté.
Alors pourquoi mettre en place un tel système ? Simplement pour une question de désengorgement. Certaines formations dans des écoles ou des universités subissent trop de demandes. Alors, sur Parcoursup, dès qu’un établissement prendra la décision d’accepter un candidat, ce dernier aura sept jours pour valider définitivement son inscription. Et ce, jusqu’au 26 juin. Puis, trois jours jusqu’au 21 août, et ensuiteun seul jour. Avant, sur APB, toutes les réponses étaient données en même temps, et ainsi, cela pouvait parfois bloquer.
➜ Voir le dossier : Tout savoir sur Parcoursup

Dix vœux à motiver et vingt sous-vœux

Par ailleurs, peu de personnes choisiront dix cursus différents. Car c’est bien de cela qu’il s’agit lorsque nous entendons qu’il sera possible de faire jusqu’à dix vœux. Parce que lorsque un élève souhaitera la même formation dans différents établissements, il ne fera pas un vœu à chaque fois : il fera un vœu comprenant quelques sous-vœux (un par établissement et jusqu’à vingt maximums en tout).
En revanche, ce qui change : les élèves devront motiver absolument tous leurs vœux. Ils expliciteront ensuite leurs choix prioritaires sur une fiche Avenir. Tous les souhaits motivés : est-ce judicieux ? Peut-être. Mais peut-être que cela peut aussi créer un effet pervers. Les professeurs, au lycée, transmettront leurs avis sur les choix d’orientation des élèves aux établissements de l’enseignement supérieur. Finalement, les élèves auront-ils réellement le choix ? Pas sûr ! Seul la fiche Avenir nous le dira.