Contre les idées reçues comme : les prepas réservées à l'élite...


De l’ouverture sociale à Henri IV


Retour sur l’expérience de la Classe Préparatoire à l’Enseignement Supérieur



par Olivier Coquard [14-09-2010]


Domaine(s) : Société


Mots-clés : inégalités | éducation | grandes écoles | France




Augmenter police Diminuer police Version imprimable


Olivier Coquard, professeur au lycée Henri IV, revient ici sur la création d’une classe préparatoire destinée à accueillir des étudiants dotés d’un capital culturel inférieur à ceux des « héritiers » qui fréquentent d’ordinaire ce prestigieux lycée. Un document en forme de retour sur une expérience au cœur des tensions de l’élitisme méritocratique à la française.




Télécharger ce(s) document(s) :





Depuis les années 1980, de nombreux travaux, initiés par les recherches emblématiques de Pierre Bourdieu, ont mis en évidence la difficulté croissante, pour les jeunes issus des milieux sociaux et culturels les moins favorisés, d’entrer dans les écoles les plus prestigieuses, publiques ou non : ENA, ENS, X, HEC, IEP par exemple semblaient interdits de fait à ceux qui n’avaient pas, en dehors de l’école, bénéficié d’un environnement spécifique. Non seulement ces grandes écoles étaient devenues inaccessibles, mais en plus, les classes préparatoires à ces grandes écoles (ci-après CPGE) devenaient elles aussi des lieux où seuls des privilégiés de la culture et de la société pouvaient entrer et s’épanouir.


 




 


par Olivier Coquard [14-09-2010]